dimanche 23 septembre 2018

Bertol - 3311m





                                                 Cabane Bertol - 3311m
20 septembre 2018
 

Départ depuis le village d'Arolla (CH) à l'extrémité du val d'Hérens. (± 37 km de Sion)
Quelques places de parc au bout de la route au P 1965m.

  ↗ 1.346 m
 ↘  1.346 m
     T4 / F -   5hr

Matériel nécessaire: Crampons - piolet - baudrier avec longe.

J'avais grande envie de débuter l'automne avec une belle rando en haute montage, avant que le mauvais temps ne s'installe et rende cela trop aléatoire.

Chose faite en quittant mon piano, ce 19 septembre, pour la Suisse. Arrivée de nuit, dodo sur le parking d'Arolla et debout à 7hr. La montagne n'attend pas !

 C'est le grand beau, la journée sera magnifique.




Au réveil une belle vue sur le Mont Collon (3636 m) et ce qui reste du Bas Glacier d'Arolla.

La route n'est accessible qu'au personnel de la station hydroélectrique et se termine quelques centaines de mètres plus loin.




C'est donc au bout du parking que commence la remontée du vallon de La Borgne d'Arolla. Les choses sérieuses commencent là-bas, tout au fond à gauche, au pied du Bas Glacier d'Arolla.







En montant vers le Plan de Bertol (P 2664m)
Une vue vers le SW sur ce qui reste du glacier du Mont Collon.













Le poteau qui supportait le panneau a été arraché et plié par une avalanche…

Mais, il donne une idée de course pour l'année prochaine:

"Remonter le Haut Glacier d'Arolla, passer le Col Collon (frontière avec l'Italie) et descendre au refuge Nacamuli.
Itinéraire essentiellement glaciaire."



Balisage bleu et blanc = Itinéraire alpin
C'est à dire pas de balisage, pas de trace de sentier.  En général, le sol est chaotique (des éboulis) et retransformé chaque fin d'hiver par les glissements de neige et avalanches.


Nécessité absolue de bien savoir lire le terrain, d'avoir préparé la course soigneusement et d'avoir au moins carte, boussole et altimètre.
Oui, je sais, il y a le GPS. Mais comme toutes les technologies, cela peut vous lâcher. Il vaut mieux avoir et savoir utiliser le matériel plus ancien.






Pour cette fois, ce sera "à gauche toute" vers le Plan de Bertol.













Plan de Bertol et son abri














Au W, le Pigne d'Arolla














Et vers le NE sous la pointe de la flèche , le but, la cabane Bertol perchée sur la crête rocheuse conduisant à la pointe de Bertol. (3499m)

Il y a encore un peu de chemin…







A partir d'ici, plus de sentier, plus de balisage. C'est "itinéraire alpin".
Il faut monter vers la pointe Bertol sachant que l'on remonte un glacier.

On pourrait croire à un simple tas d'éboulis, mais non, dessous c'est de la glace.



Par endroit, des crevasses sont visibles, ou encore, rimaye ouverte par endroit. Pour ceux qui connaissent le long glacier de Miage, et bien c'est dans le même genre de surprises, avec la longueur en moins.






10hr. Tout est encore très bien gelé.
Neige bien dure, c'est le moment de continuer avec les crampons sur le névé.












Traverser légèrement en oblique vers le rognon. Là se situe la première volée d'échelles.









Traversée dans le gris. Ce n'est pas de la roche, c'est de la glace vive.

Lors du retour vers 13hr, le soleil à commencer à la chauffer. Descente de grosses armoires normandes sur la glace.

Cela a nécessité une modification de l'itinéraire de descente pour éviter ce couloir.








Sur la première échelle du rognon (P 3100m)
Il y en a pour presque 100m de dénivelé quasi vertical.

Mise à profit du contre-jour pour, la longe sur l'échelle et assis dans le baudrier, se faire une chouette "auto-photographie".

La taille de l'ombre donne une idée de la hauteur par rapport au sol (blocs et gros névé).











Au sortir du rognon, il reste encore un morceau du glacier à découvert a traverser. Viser le pied de la première échelle. En agrandissant l'image (clic) elles sont vraiment très visibles.









Et voici la récompense.

Glacier du Mont Miné, Plateau d'Hérens, Matterhorn (Cervin), Dent d'Hérens, Tête Blanche, Dents de Bertol…











Un ch'tit bout de pain. Un "gros" morceau de mi- salé (Gruyère) et une petite sieste avant la descente.















La série d'échelles sous la cabane. Il y en a aussi pour une centaine de mètres.














Certain emprunte le bus, le train, le métro…

D'autre, l'hélico. L'opérateur de la mini pelle dans le torrent à fini journée. Air Glacier lui assure le transport matin et soir vers la vallée.



Et voici, au final, le tracé de la petite rando. 5hr pour l'aller et 4hr (en flemmardant pas mal) pour le retour. Seul toute la journée. Pas vu une âme, un vrai bonheur…..

 
 
Retour à la voiture et 110 km de route pour changer de vallée. Direction le fond du val de Bagne et le barrage de Mauvoisin pour y passer la nuit et redémarrer une nouvelle montée à +3000m. Mais c'est pour un autre article…..
 
Alain Genicq





dimanche 17 juin 2018

Test

 
TEST

Depuis la "terrasse" de la cabane à 2900m

Suisse - du 11 au 13 juin 2018

Comme chaque début de saison, il est toujours intéressant de savoir comment est l'état physique du patient à la sortie de l'hiver.
Pour se faire, un petit séjour dans la neige au dessus de 3000m est tout indiqué.



Après une bonne nuit (et un excellent repas ;-)! ) à l'hôtel il est temps de ce mettre en route. Cette année l'hiver à été généreux et il y a encore une couche de près de 2m de neige pour monter à la cabane.

Crampons et piolet obligatoire sous peine de se retrouver bien mal en point 600m plus bas dans la combe…




Arrivée sur la moraine. Vue vers le Plan de l'Arche. Montée éprouvante car j'ai fait un "tout droit" sur la neige.

Mais c'est quand même plus agréable que la montée dans la caillasse du pierrier.









La cabane et le lac encore rempli de neige.












C'est parti pour le test. Je vais grimper quelque part par là, à un peu plus de 3400m.













L'objectif est là-haut. La petite pointe à droite du col.










Attention, il n'y parait pas, mais il y a de la pente ! Et elle est terriblement longue.













Objectif en vue !












Un dernier effort pour prendre pieds sur l'arrête!

" Vas y mi p'tit fi, t'y es"













Et de là, une vue imprenable sur le Chablais et le Léman tout au fond.


NDLR: Quand il n'y a pas de brume !








Mardi 17 hr, il neige sur l'aiguille d'Arpette et ce sera comme cela jusqu'à mercredi matin.











So British !



Ce guide anglais et très sympa descend avec ses clients vers le glacier.













Les amis gardiens de la cabane.
Une très bonne saison à vous et à très bientôt !









Il ne reste plus qu'à rejoindre la vallée dans le brouillard et sous la pluie.

8Hr30 de trajet et je serai de retour à la maison.





Ah oui, j'oubliais le résultat du test: A fond la forme ;-))) !

Alain Genicq

jeudi 22 mars 2018

V'là printemps !





21 mars 2018

Premier jour de printemps. Grand bleu et température superbement douce.
Une journée idéale pour une petite sortie grimpe tant attendue.








Je vais commencer par celle-là, elle me "botte" bien comme entrée en matière.
















Les 20 derniers mètres plutôt athlétiques....










Promis, juré! Je ne commence plus par ce genre de voie. Un échauffement est nécessaire. Gros risque de bouteille si l'on traine pour trouver une prise de pied (aussi rare que pour les doigts) quelque part.
Vue de dessous elle est bien sympa, mais une fois dedans, elle est surtout dépourvue et reste assez athlétique jusqu'à la sortie......

Ironie, ce 22 mars alors que j'écris ces lignes, il neige. Déjà 2cm au sol.....

Alain Genicq

vendredi 23 février 2018

Avec méthode !

Extrait du topo Kbf édition 2007

Mercredi 21 février 18.




Une bien belle journée pour aérer les chaussons!

Une journée de grimpe réalisée "avec méthode"?

C'est à dire en commençant par la première voie de droite et en réalisant chaque voie, l'une après l'autre vers la gauche. Variantes comprises....

A certains moments, cela n'est pas évident, car entre le topo publié en 2007 et la réalité du terrain en 2018, il y a une certaine marge. Des broches (pas beaucoup) ont été ajoutées créant ainsi quelques variantes non topographiées.





J'ai donc commencé par "innominata" la bien nommée car son 6a n'est pas piqué pour commencer la journée.


Petite photo depuis la sortie de "Ma première dalle".  Reposant après les 6 voies précédentes....








16 hr 00, la fatigue commence à se faire sentir. Un dernier effort pour aborder les derniers mètres de la très jolie sortie de "Le flamenco".

La journée se terminera là pour cette fois.
Il en reste 11 sur 21 pour la prochaine sortie.






Fatigué mais heureux, je me suis offert le rappel de cette dernière voie "à l'ancienne". C'est à dire un mousqueton au baudrier et  corde sur l'épaule gauche. Que de souvenirs en un instant.....










Alain Genicq

mercredi 10 janvier 2018

Enfin !





A qui appartient cette main décharnée saisissant le sommet de l'aiguille ?



08 Jan 18. Oui, enfin, un moment de grimpe!

Depuis mon retour du Brésil, fin octobre, c'est la première fois que les conditions météos sont quelque peut favorables pour se faire plaisir sur le rocher.

Donc, il n'en fallait pas plus pour jeter une corde et un peu de matos dans un sac et partir pour Yvoir.




  Toujours solitaire sur cette "dalle" qui ressemble tant aux superbes passages que l'on retrouve en montagne.

A certains moments on se croirait dans la "Walker" aux Grandes Jorasses.
Mais seulement pour  un petit passage de 2m. Restons sérieux......





Toujours est-il que j'en ai bien profité ce lundi .
Grimper dans tous les sens, en voie, hors voie...
Une petite grimpe dans une voie oubliée. Entre "le flamenco, 5a" et "court et efficace,5b".

Le premier point restant est une vieille cornière (dans le cercle rouge) à pratiquement 15 mètres depuis le départ. Faut pas glisser!
Un joli passage de quelques mètres en 5, 5+.









Vivement que je remette ça un de ces prochains jours.

Alain Genicq

mardi 15 août 2017

G & G + G





14 Août 2017


Un petit retour à Ste Anne depuis bien longtemps (distance oblige)

Ah oui, G & G + G? 
Traduction: Grigri & Gégène sur Germaine. Par discrétion pour Germaine, il n'y aura pas de photo. Les connaisseurs comprendront.







Voici, malgré tout, une photo du porche prise depuis le relais de la "Germaine"....











Il faut avouer que les lieux ont l'air désert, plus fréquentés ni entretenus. Grigri m'informe que les nouvelles directives du DNF interdisent le moindre nettoyage et que le massif serait même interdit à la grimpe?

Deux poids, deux mesures? Sur les sites gérés par le KBF, tous les abords des voies sont "Nickel" bien tronçonnés, élagués et débroussaillés?

Sans vouloir faire de polémique et juste pour info voici un fait. Il y a quelque années les autorités allemandes ont fait de même. Interdiction de grimper en milieu naturel pour préserver la flore.
Résultat: la flore typique des massifs avait disparu. Etouffée sous le lierre envahissant. Ce qui commence à ce passer chez nous. Faute de nettoyage, le lierre prend le dessus et étouffe la flore typique des massifs calcaires. Les Allemands ont faire marche arrière, eux!   







Et ce n'est pas une pose. Je certifie que les chaussons de Grigri ont touché le calcaire et que Grigri était dedans hahaha!













Petit moment bien sympa qui c'est terminé par la traditionnelle BBBM.






Alain Genicq

samedi 24 juin 2017

Aie !


06hr30 le soleil commence à éclairer la vallée de la Meuse.

21 juin 2017.

Par ces journées particulièrement chaudes, un choix s'imposait. Grimper très tôt ou bien en début de soirée.

Début de soirée: Tout le monde à la même idée, donc affluence et le rocher à bien chauffé, donc pas très agréable non plus.
Tôt le matin: Personne, le rocher est toujours à l'ombre et à bien rafraichi de la nuit.




J'ai bien entendu opté pour une grimpe très matinale en quittant mon sweet home à 05h15 ce mercredi matin.

Le petit matériel d'auto assurage est installé sur la corde. Profitant qu'il n'y a personne, ce sera une jolie petite grimpe sur la dalle impériale.






Quelques belles voies de 45m de développement sur cette jolie dalle.

Vers 10hr30, le soleil commence à taper déjà dur sur le rocher et ce sera comblé par cette petite escalade matinale que je reprendrai le chemin de Laforêt.




Ah oui, le titre "Aie" ???
 Parce que c'était aussi une séance d'assouplissement des nouveaux chaussons ( voir dans l' antépénultième article ;-)!  ) Et que les orteils ont bien "dégusté" ....

Alain Genicq