mercredi 23 novembre 2011

On prend les mêmes...


Oh, la belle...aiguille!




Marc, tel soeur Anne...


 ... et on recommence. Pas beaucoup de monde au rendez-vous, malgré l'annonce faite! C'est donc le trio, maintenant habituel, Françoise, Marc et Alain qui a profité de cette belle journée d'arrière saison.



Rendez-vous était donné au pied de l'aiguille du Paradou ce mardi 22 Nov. Nous avons bien profité de cette belle journée pour parcourir l'aiguille en tous sens.


La joie de Françoise

El professor...



Déjà, la petite équipe attend le prochain jour de soleil, même s'il gèle! Toujours aussi "fada" ces grimpeurs là.....





Alain

mardi 15 novembre 2011

Encore Phalie !

Solitude....
 Novembre, les températures sont en baisse. Saison idéale pour grimper, les colants fluo et leur sac de poudre ont désertés les massifs. Frileux, ils sont retourné bien au chaud dans des espaces confinés. Epoque privilégiée pour nous, les "vieux systèmes" (pas le péket, hein!) de pouvoir grimper en toute quiétude en se fichant complètement du tracé des voies et en inovant de nouveaux itinéraires
C'est parti mon...lapin
.


Donc, ce lundi 14 novembre Françoise, Marc et Alain ont profité de cette superbe journée pour se faire une petite grimpe bien sympathique sur le massif de Corphalie. Confirmation pour Françoise de son tout nouvel attrait pour l'escalade et remise en jambes pour Marc qui constate que les descentes sous terre ne font pas travailler les même muscles  :-)). Et puis il faut qu'il se prépare aussi pour la grimpe pendant les mois de fortes gelées.



Tirlipoteur ???



L'aspect du massif a quelque peu changé. Il est aussi rasé que mon "caillou". Plus un seul arbre car les responsables du chemin de fer ont décidé de tout "raser" pour une question de sécurité. Sais pas trop quel sera le résultat avec de fortes pluies.


                                         Alain Genicq

jeudi 1 septembre 2011

MÖNCH - 4107m

Face Nord de l'Eiger

Dimanche 28 août 2011. Mathieu et Alain quittent la Belgique en debut d'après-midi pour Grindelwald dans les Alpes Bernoises. Au programme, le Mönch et la Jungfrau.



Repos imaginatif devant la face nord



Après quelques achats de dernière minute (pain et fromage) nous prenons le train à crémaillère qui nous mènera à la station intermédiaire de la kleine Scheidegg à 2.061m d'altitude. Là nous décidons de manger une croûte et de nous poser quelques instants pour contempler à loisir la toujours aussi impressionnante face nord de l'Eiger. Souvenir pour Alain, avec deux ascencions de la face nord et une tentative en solo. Retour à la gare et deuxième train à crémaillère pour le col de la Jungfrau à 3.454m.






Là, surprise de taille. L'endroit est devenu un haut lieu du tourisme à l'instar du pic du midi. C'est par wagons entiers que les touristes débarquent (Japonnais, Hindous, Américains...) souvent dans des tenues inadaptées (basquets, short, TShirt) comme toujours.








Ah, quelle bonne tasse de thé !!!


 Nous avons attendu le départ du dernier train et la disparition de la foule pour installer notre bivouac à l'intérieur du tunnel au lieu de monter la tente. La température y était de 4°. Un luxe à cette altitude!








                                     


Échauffement matinal



05 hr du matin, nous creusons la neige pour cacher tout le matériel de bivouac à l'abri des touristes. La neige est dure, le regèle nocturne à fait son oeuvre avec un bon moins 15° La neige est magnifiquement durcie et les crampons s'y enfoncent à peine. La course s'annonce bien belle











Toutes les faces....!




Nous sommes déjà haut sur l'arête du Mönch lorsque le soleil se lève et illumine les faces environnantes.



 Vue sur la Jungfrau et au centre, tout en dessous, la station du sphinx et la sortie du tunnel. Notre point de départ.



Après une belle escalade rocheuse, nous avons remis les crampons pour arriver sur l'arête et contempler tout à loisir le magnifique paysage qui s'offrait sous nos pieds.



09hr - arrivée sur l'arête
 Il ne restait plus qu'à redescendre l'arête, désescalader et retrouver notre matériel. Lors de cette descente, nous avons eu l'occasion de faire une sympathique rencontre, Jean-Pierre, un autre membre du Club Alpin Suisse qui, pris d'un malaise (il a 73 ans) et "planté là" par ces compagnons de cordée, attendait notre passage pour s'encorder avec nous et pouvoir descendre. Un petit soucis domestique nous privera de l'ascension de la Jungfrau, mais c'est promis, on y retourne....
(Une prochaine mise à jour sera faite dès que j'aurai la vidéo réalisée par Mathieu)

Alain

Le Mönch et le glacier de l'Eiger













mercredi 15 juin 2011

L'aiguille de la folie !




 Mardi 14, 14 hr mais pas en 2014... Rendez-vous au Paradou pour Pinoche (Françoise), Alain et Marc pour une petite grimpe sympa et sans prétention. Aujourd'hui Pinoche ne grimpe pas, elle fera le reportage photo.

Produit dopant ou l'huile de l'articulation ?




 Une après midi superbe malgré une météo peu engageante le matin.
Marc est en forme et pressé de "tester" sa toute nouvelle articulation flabant neuve. Cela vaut mieux tant qu'elle est toujours sous garantie "pièce et main d'oeuvre"....


Il choisi une petite voie 4b pour se chauffer un peu et voir venir.





L'essai étant concluant il suivra très à son aise et relax dans un des 5- du début de la dalle Impériale.
Comme toute bonne séance de grimpe, elle se termine sur une terrasse d'Yvoir devant un IceThea bien frais et mérité.








Mais, pourquoi ce titre "Aiguille de la folie" ? Un petit coup d'oeil sur la vidéo, l'attitude de Marc qui en dit long, et tout sera dit...



video
La remise en jambe est faite et Alain compte bien faire découvrir à Marc les sites de grimpe de la région de Monthermé (Ardennes françaises) et certainement ce beau site de la roche au Corpia et ses superbes devers dans un "poudingue" étonnant.

Alain

mercredi 4 mai 2011

Elle cause, elle fume et... elle grimpe !



Mardi 3 mai, un temps splendide pour faire une petite séance de grimpe tout en douceur. Rende-vous à Ste Anne vers 16 hr pour Alain, Mathieu et....Francoise, la petite nouvelle de la section.
Elle a déjà grimpé à Freyr, mais il y a 30 ans, donc une petite remise en jambes s'imposait.


Ce fut fait sans problème, nous pourrions dire "les doigts dans le nez". Après cette séance, la petite nouvelle est partante pour continuer à tâter le calcaire. Et Alain compte bien exhauser son voeux le plus souvent possible. La bonne saison est de retour, les jours de liberté ne font qu'augmenter, donc il y aura de nombreuses sorties rocher.


Alain.

lundi 7 février 2011

" GROSSES "



Grosses, et à plus d’un titre comme vous allez le lire.

Dimanche 6 février 13hr30, Mathieu et moi sommes au pied des rochers d’Ozo. Le temps n’est pas au grand beau, mais il fait grimpable. Nous avons opté pour une séance en « grosses », c'est-à-dire en rigides. Entrainement oblige car cette année, dans nos projets, il n’y a pas place pour les chaussons. Les courses seront longues et en mixte.
Nous enchaînons les voies et, surprise ! En sortie de l’une d’elles, je mets la main sur une belle grosse (très grosse) « pavasse ». Pourtant  enchâssée dans la sortie de « Cantique des pierres », elle a bougé et a failli descendre droit sur nos sacs…

C’est décidé, elle ne peut rester là, trop dangereuse.  Après avoir tout mis hors de portée, Mathieu l’envoie valdinguer rien qu'en la regardant!  Elle est de taille la « grosse », jugez du peu : ± 80cm x 40 x 40, et va exploser sur la vire inférieure. Projetant des morceaux en tous sens.

Bien belle journée de grimpe, tranquille et de la bonne escalade à l’ancienne. Chose étonnante, j’arrive à sortir, en rigide, sans aucuns problèmes des voies où j’ai beaucoup de difficultés en chaussons. Chercher l’erreur…

lundi 31 janvier 2011

Escapade dans les Vosges





Rothenbachkopf -  1318m
Nous sommes les premiers à monter au sommet

Pascal et moi quittons Beaufays à 6hr du matin ce vendredi 28 janvier. Nous sommes au pied du Hohneck dès 11hr, bien décidé à démarrer notre journée. 70cm de neige bien croûtée, le pied ! Mais hélas, c'est le blanc blanc. Vous connaissez? Le blanc blanc est ce phénomène qui empêche de repérer quoi que ce soit. Le sol est blanc et le ciel aussi. Brouillard, vent et visibilité réduite à 10 m. Dans ces conditions, impossible de bouger, c'est la certitude absolue de se perdre et le risque de se retrouver sur les corniches surplombant les barres rocheuses. Attente interminable. Puis une décision est prise, nous allons redescendre d'une centaine de mètres et suivre la route (fermée) des crêtes jusqu'à un endroit de bivouac que j'ai déjà utilisé en été.

Vers 16hr, toujours dans le brouillard, nous repérons l'endroit et installons notre premier bivouac au mieux, toujours avec un vent infernal. Il faut d'abord attacher les tentes avec une corde avant de pouvoir les monter, le vent souffle en rafale et elles sont plus souvent en l'air qu'au sol! Un petit lyophilisé vite fait et direction dans le duvet histoire d'essayer de se réchauffer. Le vent tombe enfin vers 1hr du matin et nous passons le restant de la nuit un peu plus au calme.





Bivouac n°2 - A l'horizon le Hohneck - point de départ
  

Le lendemain, c'est enfin le grand bleu prévu et nous nous mettons en route en direction du grand ballon.

Les sommets s'enchaînent. Rainkopf 1305m, Rothenbachkopf 1318m, Battereikopf 1311m. Arrivée au environ du col du Hertenberg, 1191m, vers 15hr et la décision est prise d'y installer le 2ième bivouac. C'est l'endroit le plus approprié car plus loin, c'est la "peau de fesse" à perte de vue. La température est très basse. Par conséquent, l'installation une fois terminé, petit lyophilisé vite fait et direction le duvet, pour se réchauffer.


En milieu de nuit, le vent c'est remis à souffler, mauvais, le grand bleu ne sera peut-être plus là au réveil? Le soleil est toujours là, mais surprise, le vent souffle toujours et la température à encore chuté, Moins 8° à l'intérieur de la tente!!! Résultat les parois sont recouvertes de plaques de glace et de givre, tombé sur les duvets et ces derniers sont très humide. Donc pas question de risquer de passer encore une nuit dans un duvet humide, ce sont les ennuis assurés. Nous évaluons la température extérieure entre moins 12° et moins 15° avec un vent d'environ 35 km/hr ce qui donne une température ressentie au environ de moins 30° selon les tables officielles. Petit déjeuner à l'abri et avec deux paires de gants. Génial ! Vu l'état de nos duvets nous devons faire demi tour. Il va falloir "tracer" comme des malades pour ne pas passer une nouvelle nuit dehors. Ce qui est fait et nous retrouvons avec plaisir la voiture au pied du Hohneck et retour vers la Belgique avec de beaux souvenirs et déjà la nostalgie et l'envie de remettre ça le plus vite possible... Pascal est enchanté de sa première sortie en raquettes à neige.
  
  


Les vallées resteront sous les nuages












Voir la gallerie photos

dimanche 16 janvier 2011

Old Timer

Look moderne pour technique ancienne !
      

Ce dimanche, vous fûtes particulièrement nombreux à ...ne pas être là!
C'est donc seul que je me suis trouvé sur le parking de Corphalie. Ce n'est pas l'endroit pour faire de la technique, le but étant de faire de l'endurance, c'était parfais.

Grimpe en "rigides" avec pour objectif d'enchaîner le plus de longueurs possible, l'une à la suite de l'autre, sans pose. Pour ce faire, j'ai choisi la grande dalle, là, il y a un développement de 45m. On n'est plus en chaussons et la première longueur fut bien nécessaire pour retrouver les techniques anciennes de grimpe. C'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas...

Un beau total pour un début avec presque 600m cumulés et une vitesse ascensionnelle de près de 250m/heure. Mais pas de fausse joie, vu les objectifs à atteindre, on est encore loin du compte. Ici c'est du facile, pas de recherche d'itinéraire, pas de protections à placer. Faut mettre les bouchées doubles pour être "au poil" dans 6 mois...

J'avoue, modestement, que pour la dernière longueur je n'avais plus trop les yeux en face des trous, plus de jus. Les burettes à huile sont prêtes, à côté du lit, pour demain matin. Ca va faire mal...  ;-) !!!!

L C (*)


(*) Lonesome climber

dimanche 2 janvier 2011

Délicatesse de l'An Neuf !


Elle est pas belle l'aiguille du Paradou avec son petit flocon? Tous les membres de la section grimpe étaient invités ce dimanche à 13hr pour une petite séance de début d'année. Et bien, pas l'ombre d'un grimpeur. S'ils ne sont pas venus pour cause de GDB post-réveillons, ok. Autrement je ne peux que les traiter de gros pantouflards paresseux, na! J'étais donc seul sur ce rocher, un peu gras malgré un joli rayon de soleil.


Pas de traces dans la neige, personne n'est encore venu poser le chausson cette année, super! Il faut un peu de temps pour monter au-dessus du massif car il y a encore un sacré paquet de neige dans le petit chemin alpin et bien raide qui débouche au sommet.

Poser le rappel, s'installer au pied des voies et puis c'est le moment de quitter les chaussures et...les chaussettes. Brrr...mais pas trop. Un cumul d'un petit peu plus de 100m de voies. Grimpe toute en "délicatesse" . Le rocher est "gras" (mais pas trop) et pas question de faire de l'adhérence. Les petites surprises hivernales sont de la partie, prises déjà descellées par le gel, petites fissures neigeuses et vires dans le même état. Cela rappel furieusement des conditions montagne au mois de juillet, certains s'en souviennent. Bref, que du bonheur pour commencer l'année. TPF (temps passé au frigo) 4hrs

The poor lonesome climber ;-)